Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Gallimard jeunesse / 2011

Auteur·rice : Ruta Sepetys

Résumé
Les premières lignes

« Ils m’ont arrêtée en chemise de nuit.
Quand je repense à cette terrible nuit, je suis bien obligée d’admettre que les signes avant-coureurs n’avaient pas manqué : on avait brûlé des photos de famille dans la cheminée ; tard dans la soirée, j’avais surpris Mère à coudre à l’intérieur de la doublure de son manteau ses plus beaux bijoux et ses plus belles pièces d’argenterie ; Père n’était pas rentré de son travail. Mon petit frère, Jonas, posait des questions. J’en posais, moi aussi, mais peut-être refusais-je à reconnaître les présages de la catastrophe. En réalité, mes parents avaient l’intention de prendre la fuite, ce que je ne compris que plus tard.
Ils n’ont pas pris la fuite. Nous avons été arrêtés. »

Le contenu

En 1939, l'Union soviétique envahit les trois états baltes. Le Kremlin dresse une liste de personnes jugées antisoviétiques, essentiellement composée d'intellectuels et d'artistes, dans le but de les assassiner, de les emprisonner ou de les déporter en Sibérie pour servir d'esclaves. Les premières déportations eurent lieu le 14 juin 1941.
Une nuit de juin 1941, Lina Vilkas, une jeune lituanienne de quinze ans, est arrêtée par la police secrète du régime stalinien. Avec sa mère et son petit frère Jonas, ils sont déportés en Sibérie.
Après des semaines passées enfermées dans des wagons à bestiaux dans des conditions de vie extrême, les prisonniers survivants doivent apprendre à survivre en territoire hostile. Ils cohabitent en effet dans une minuscule hutte non chauffée et travaillent des jours entiers sans répit pour gagner un misérable morceau de pain sec, tout en subissant la brutalité et les insultes des Soviets. Malgré les mois qui passent et l’hiver qui s’installe, les détenus, désormais liés par une solidarité sans pareille et une volonté de vivre, décident de s'entraider pour pouvoir améliorer leur quotidien, garder espoir et un tant soit peu de dignité humaine.
Le récit poignant à la première personne de cette toute jeune narratrice qui va passer douze ans enfermée dans ce kolkhoze témoigne précisément de ce que les Soviets « n’ont pas pu prendre » à ces déportés lituaniens : leur fierté, leurs peurs et leurs espoirs.
Ruta Sepetys, elle-même fille d’un réfugié lituanien, signe là un premier roman percutant dans lequel s’entremêlent adroitement faits historiques et fiction.

Hélène Dargagnon
14,20 euros
Collection Scripto
2014
Sélection en anglais
Roman