Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

La planète Avril

La planète Avril

La planète Avril

Motus / 2014

Auteur·rice : François David
Illustrateur·rice : Joanna Boillat

Résumé

Les premières lignes

« Nous étions partis depuis quatre mois et le voyage nous paraissait interminable et tellement inconfortable, à six dans notre vaisseau spatial. Surtout c’était la première fois qu’on amenait dans l’espace des enfants, en plus d’Ernst et de William, les chefs de la mission et de deux jeunes scientifiques, Birgit et Tsvi. On avait l’impression que notre fusée n’arriverait jamais et l’ambiance devenait de plus en plus tendue. Et puis tout à coup, on l’a aperçue. C’était elle ! Avril, la nouvelle planète ! »

Le contenu

Cet album nous emmène en fusée à la découverte de Avril, la planète au ciel rouge !

Le voyage en vaut le détour : le dépaysement est total pour les lecteurs, comme pour les membres de l’équipage qui, pour la première fois, comptent des adultes, mais aussi des enfants. Les Terriens découvrent d’abord les lieux et habitations, impressionnantes par leur hauteur, puis les Avriliens, ces êtres aux deux cœurs, s’exprimant en murmurant. Au contact de ces derniers, pendant quatre jours, ils vont avoir un aperçu des us et coutumes pour le moins étonnantes et poétiques de ces habitants. Les Avriliens savent, par exemple, voler avant de marcher. Lorsqu’ils sourient, ils ne montrent pas leurs dents, mais font tourner leurs oreilles. Ils n’ont pas de travail ou de métier à proprement parler, mais une « occupassion » à laquelle ils s’adonnent avec empressement et joie.

Les yeux des Terriens s’écarquillent en observant à l’œuvre un peintre de ciel, un collectionneur de nuages ou une conspiratrice de pluie. Aussi est-ce à contre cœur que l’équipage doit quitter ses nouveaux amis et regagner la planète Terre...

La découverte d’un monde nouveau amène nécessairement celui qui l’explore à faire des comparaisons. Elle implique, de fait, un questionnement sur ses origines et ses modes de vie. Parce qu’il adopte le point de vue du narrateur de cet album, le lecteur fera ici en « temps réel » la connaissance des Avriliens, et partant, l’expérience troublante, enrichissante et grandissante de l’altérité. Le doute s’installe alors : qui est le plus étrange ici ? Est-ce le Terrien qui possède des armes ou l’Avrilien qui a deux cœurs dont l’un est visible ? Est-ce l’Avrilien qui accroche des nuages dansson intérieur ou le Terrien qui se divertit en regardant la télévision? La réponse est d’autant plus difficile, que Avriliens et Terriens ont finalement cela en commun de s’amuser, de rêver et d’aimer.

Tout en douceur, le texte de François David et les illustrations de Joanna Boillat invitent le jeune lecteur à s’interroger sur les autres et sur lui-même. Impossible de les dissocier tant mots et images sont dans ce livre en totales complémentarité et harmonie. Poésie et couleurs sont donc au rendez-vous : chaque trouvaille de l’auteur s’avère savamment et subtilement mis en image dans des pages qu’on tourne avec précaution et curiosité, comme si l’on avait devant soi ces Avriliens en chair et en os. Comme les Terriens de l’album, lecteurs adultes et enfants voient, entendent, sentent et touchent ! Les personnages prennent ainsi soudain épaisseur et forme dans l’imaginaire du lecteur, lequel aurait également mille questions à leur poser...

Si la beauté de cet album réside dans la riche description d’un ailleurs, sa force se trouve, elle, dans la critique sociale ainsi que le questionnement philosophique qu’il sous-tend. Quelle image renvoie notamment un peuple qui possède des armes ? Des êtres qui ont un cœur enfoui, peuvent-ils être sincères ? Autant d’interrogations qui exhorteront les plus jeunes à s’interroger sur la société dans laquelle ils vivent et à définir les concepts de générosité, d’amitié ou de confiance.

En guise de conclusion, nous souhaitions donner la parole à Tsvi, jeune scientifique restésur Avril après être tombé amoureux de la planète et de Jurrhu, lequel envoie le message suivant sur la fusée des Terriens : « Je me sens heureux, heureux, tellement heureux vous savez ! Comme s’il me poussait un deuxième cœur ! ».Gageons qu’il en sera de même pour les enfants qui découvriront cet album !

Hélène Dargagnon

19,50 euros
2015
Conte
Album