Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Les enfants de la mer, tome 1

Les enfants de la mer, tome 1

Les enfants de la mer, tome 1

Sarbacane / 2012

Auteur·rice : Daisuke Igarashi

Résumé

L’extrait

« Tu veux que je te raconte des histoires de mer ?

Des histoires de mer que personne ne connaît...
De fantômes marins qui hantent les profondeurs...
Des histoires...
Des histoires de requins géants vivant dans les abysses... »


Le contenu

Un été, Ruka, une jeune fille pleine d’énergie et quelque peu rebelle, se lie d’amitié avec un jeune garçon Umi qui se déplace dans l’eau avec une aisance peu commune et qui brille à son contact. Plus tard, l’héroïne rencontre l’étrange Sora, le frère d’Umi. Ruka apprend que les deux frères ont été élevés par des dugongs, d’imposants mammifères marins en voie de disparition. Attirée par ces mystères autour de la mer, Ruka fréquente de plus en plus l’aquarium où travaille son père ainsi que Jim, le surfeur qui protège les deux frères. C’est ainsi qu’elle apprend que de troublants événements se produisent dans le monde marin : des milliers de poissons disparaissent partout dans le monde, en mer comme dans les aquariums, des poissons vivants dans les profondeurs sont étrangement remontés par des pêcheurs... Que signifient ces bouleversements ? Que laissent-ils présager ? Et pourquoi Sora devient-il de plus en plus énigmatique ?

Ce premier tome d’une pentalogie récemment achevée, qui a reçu le prix Zoom Japan 2013, ouvre le cycle d’une manière fascinante et envoûtante.
Le rythme du récit permet de présenter les personnages progressivement et de mettre en place les mystères successifs qui jalonnent le texte. Ainsi découvrons-nous Ruka la jeune collégienne curieuse, Umi l’enfant lumineux, Jim le surfeur tatoué, le père de Ruka inquiété par les disparitions de la faune marine et Sora, le frère insaisissable d’Umi qui ne respire bien que dans la mer.
Pas à pas, la curiosité envahit le lecteur. De brefs témoignages de personnages n’appartenant pas directement au récit ponctuent l’intrigue et participent à le faire plonger dans une ambiance fantastique où les effets de réel se mêlent à l’étrangeté.
Par ailleurs, on ne peut pas lire ce manga sans remarquer la forte dimension écologique qui le traverse. Le lecteur voit le père de Ruka s’interroger sur un environnement évoluant dans un sens qui n’est pas celui de la nature.

Et c’est sans doute par ce questionnement et par cette manière de peindre la nature que cette œuvre impressionne le plus. La force conjointe du dessin et du texte réside dans ces représentations magistrales du monde marin et de ses profondeurs encore inconnues pour l’homme. Plus qu’un simple contemplateur, Igarashi nous fait plonger dans la mer, cette mer vivante, habitée et mystérieuse.

Tout se prête à l’énigme dans Les Enfants de la mer : l’origine des deux frères, le destin de Sora, la relation entre Ruka et les jeunes garçons, la disparition des poissons dans les aquariums, le bouleversement de l’écosystème, le rassemblement des animaux pour « le Grand Soir » et bien sûr cette étrange lumière diffusée par le fantôme de la mer. Autant d’éléments nébuleux qui pousseront le lecteur vers le volume suivant.

Adélaïde Guillou

15,50 euros


Traduit du japonais par Victoria Tomoko Okada


Adaptation française par Frédéric Lavabre

2015
Fantastique
Bande dessinée