Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

L’homme à la voiture bleue

L'homme à la voiture bleue

L'homme à la voiture bleue

Syros / 2014

Auteur·rice : Sébastien Gendron

Résumé

Les premières lignes

« Au premier contact entre leurs deux corps, Marc Dutech regrette amèrement son agressivité primaire. Il n'aurait jamais pensé que ce type était aussi costaud. Mais maintenant qu'il l'a empoigné, il sait qu'il n'y a pas de retour en arrière possible. C'est toujours la même chose. »

Le contenu

Antoine vit entre deux maisons : celle de sa mère, la plupart du temps, et celle de son père, un week-end sur deux. Entre les deux, quatre heures et demi de voyage en train. Depuis quelques années, Loïc, le père d'Antoine, vit dans une résidence sécurisée, avec Marie-Ange et Victor le fils de celle-ci. Depuis quelques mois, quatre exactement, Antoine n'est pas allé chez son père. Quand, enfin, il y arrive, Antoine y ressent une drôle d'atmosphère et surtout s'aperçoit de l'absence de Victor. Antoine sent qu'on lui cache des choses... mais quoi ?
« Victor est en prison, Antoine. (…) Victor a frappé un homme et l'a laissé pour mort. (…) Il a avoué. » lui annonce Marie-Ange.
A ces mots, Antoine ne peut accepter cette vérité. Il décide de mener l'enquête, de remonter les pistes pour innocenter celui pour qui il a de l'admiration, ce frère qui n'est pourtant pas le sien.

Voilà une enquête menée tambour battant, où tout le monde a l'air bien innocent, dans cette résidence sécurisée. Tout le monde... sauf Victor avec son scooter bruyant, son air désœuvré et son côté rebelle.
Antoine a foi en son frère, la hargne contre son père et Marie-Ange qui ont baissé les bras. Déterminé, le jeune homme a décidé d'aller au bout de sa quête, accompagné par Clothilde.

L'auteur dénonce ici la peur de certains de nos concitoyens envers les jeunes, ceux qu'on juge hâtivement et qu'on classe à partir de leur apparence dans la catégorie des délinquants. Il dénonce aussi les résidences sécurisées, qui deviennent froides et sans lien social,à cause de la peur de l'autre. Enfin, il dénonce la rumeur et démonte les ficelles de celle-ci. C'est parfois tellement facile de faire condamner un innocent.

Anne Baron et Stéphanie François

13,50 euros


Collection Rat noir

2015
Sélection en anglais
Policier
Roman