Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Un soir j’ai divorcé de mes parents

Un soir j'ai divorcé de mes parents

Un soir j'ai divorcé de mes parents

Thierry Magnier / 2009

Auteur·rice : Rachel Hausfater

Résumé
Premières lignes

"C'est décidé.
Je divorce.
De ma mère, de mon père, et de moi leur enfant.
Si eux ont le droit, moi aussi je le prends !

Pas besoin d'avocat, je saurai me défendre. Je connais par cœur (le mien) mon banal dossier d'enfant de divorcés. Et dans mon tribunal déserté je siégerai seul, à la fois juge et partie.
Et parti.

Car je vais partir. Oh pas complètement, pas pour tout le temps : je n'en ai ni le droit ni l'envie. Mais le juge qui est en moi, mon ju-je, m'accordera sans discuter un droit de garde à moi-même. Tous les quinze jours j'irai passer le week-end chez...moi ?"

Le contenu

Des parents ont décidé de se séparer et leur fils, lycéen, se sent abandonné. L'équilibre familial a volé en éclats, l'adolescent ne reconnaît plus ni son père ni sa mère qui ne sont plus à leur place habituelle de parents. Il se sent seul, sans repères. Plus personne ne communique vraiment.
Alors, puisque ses parents ont bouleversé leur vie, et par la même occasion sa vie, il décide de faire comme eux , d'être égoïste et de partir vivre seul, en cachette, un week-end sur deux.

Un jeune homme, encore presque un enfant,qui s'estime trahi par la séparation de ses parents et choisit, sans rien dire à personne de s'installer seul, le temps d'un week-end tous les quinze jours, dans une chambre de bonne.
Il découvre la liberté , tour à tour effrayante ou exaltante, les contraintes matérielles imprévues car jusqu'alors toujours prises en charge par papa-maman, le froid, la peur, la solitude terrible des premières nuits seul. Il découvre aussi le plaisir de retrouver sa mère à la fin des deux jours clandestins, le plaisir de se retrouver à nouveau « fils » de quelqu'un et de replonger dans la douceur connue et rassurante du cocon maternel.
Durant quatre jours par mois, il vit sans contraintes familiales, uniquement rattaché à ses parents par son téléphone portable.
Il apprend à s'assumer seul, et cette nouvelle vie le fait grandir, gagner en assurance et en maturité. Il devient adulte.

Un très beau récit aux phrases courtes, aux sonorités répétées.
Rachel Hausfater met beaucoup de poésie dans son écriture. Elle joue avec les mots, les reprises et les répétitions.
Ce roman est aussi une occasion d'une balade à travers Paris. Bien sûr, la situation dépeinte paraît parfois un peu trop belle ( le garçon peut disposer d'une chambre de bonne , fait ses devoirs à la bibliothèque de Beaubourg,...), et nos élèves ne se reconnaitrons pas dans toutes les situations, mais ils pourront sans peine s'identifier à ce garçon qui refuse de subir le divorce de ses parents et leur éloignement.



Pistes d'écriture

1- « C'est décidé, je divorce »
Ecrivez un poème de quatre ou cinq strophes, où vous racontez, à la manière du narrateur, sa vie d'enfant divorcé de ses parents : la décision, le premier week-end seul, l'organisation de cette vie clandestine, les rencontres, l'épilogue.

2 – Vos parents vous énervent avec leurs recommandations et leurs conseils dix fois répétés. Et en même temps, ce serait trop dur de vivre sans eux.
Racontez ( avec humour ! ) les dix choses que vous préférez faire avec vos parents et les dix choses que vous détestez faire avec eux.


Christine Enguehard
Collection Roman
7,50 euros
2010
Sélection du "placard"
Société
Roman