Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Y a pas de héros dans ma famille

Y a pas de héros dans ma famille

Y a pas de héros dans ma famille

Actes Sud Junior / 2017

Auteur·rice : Jo Witek

Résumé

Présentation de l'éditeur 

Jusque là tout était clair dans sa tête. À la maison, il était Mo, parfois aussi Tit'tête ou bouffon à lunettes. À l’école, c'était Maurice Dambek. Chez lui, à l'étroit dans le petit appartement, ça parlait fort par-dessus la télé et ça disait des gros mots (pour être tranquille, Mo fait ses devoirs dans la baignoire !). En classe, on se tenait correctement et on parlait comme dans les livres. Ses deux vies étaient bien distinctes, il suffisait de ne pas se tromper de langage. Mais, un jour, Mo découvre la maison de son ami Hippolyte et le mur de photos dans le salon, où sont exposés tous les gens connus de la famille - un grand médecin humanitaire, un écrivain, un acteur de la Comédie française et même un prix Nobel ! À partir de ce moment, Mo commence à s'éloigner et à avoir honte de sa famille déglinguée, où il n'y a aucun héros, que des zéros. Mais dans un vieil album de famille, il va faire une découverte...

Notre avis

On adore ! Ce texte est rafraichissant, intelligent et positif. C'est avec finesse que Jo Witek pose la problématique des différences sociales, de l'écart entre l'école et certaines familles, du déchirement de certains enfants, de la loyauté. " Tous les enfants de la Terre n'étaient pas comme moi à se débattre entre deux pays, deux langues, deux histoires. D'ailleurs, j'aurais dû y penser avant, parce que Hippolyte, il n'a pas de surnom, lui. C'est Hippolyte à l'école et Hippolyte chez lui." p. 29
Ne tombant jamais dans la facilité ni la mièvrerie, Jo Witek a une écriture exigeante, pleine d'humanité et d'empathie, décrivant les luttes intérieurs menées par Mo/Maurice, et les belles découvertes généalogiques de la famille, qui permettent de savoir d'où l'on vient. Elle pose également le problème de la violence sociale et du mépris de certains qui peuvent être plus violentes qu'une gifle.
Mais la plus belle des découvertes de Mo, c'est sans doute celle qui conclut le roman : "Je sais que les vrais héros sont ceux que les gens aiment, mais aussi ceux qui savent aimer. Ceux qui rendent les autres plus forts, au lieu de se croire les plus forts." p. 133
Une histoire à glisser entre toutes les mains et à lire dans la baignoire "C'est là que je m'installe pour lire" p.20

Anne B.

Prix : 13,20 euros
2018
Société
Roman