Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Avec des Si, on mettrait Chicago dans une canette de coca

Avec des Si, on mettrait Chicago dans une canette de coca

Avec des Si, on mettrait Chicago dans une canette de coca

Syros (Les uns les autres) / 2004

Auteur·rice : Sigrid Baffert

Résumé
Premières lignes
« Pile.
Face.
Tout commence dans les coulisses de la génétique. X ou Y ? Fille ou garçon ? Le hasard est partout. Dans nos chromosomes, au coin de la rue, sur chaque palier. Il accompagne nos choix comme une ombre. Il est dans la couleur de nos yeux. Dans le pas hésitant du type qui traverse sans regarder. Dans le vol d’oies sauvages qui fend le ciel à l’aplomb du chasseur à l’affût. Dans le bulletin de loto gagnant qu’on n’a pas validé. Dans la trajectoire de la météorite qui s’écrase sur une yourte au cœur de la steppe désertique de Mongolie. Dans la cible aveugle du virus informatique. Mais aussi dans le regard de l’ami d’enfance retrouvé au détour d’une allée de supermarché, dans le soupir heureux du candidat au bac qui vient de découvrir le sujet tant espéré. Ou dans le coup de foudre. »

Résumé
Sacha aime les corn flakes.
Sacha gagne un séjour au Malawi en participant à un concours organisé par sa marque de céréales préférées.
Le magasin d’équipements pour bateaux que tiennent ses parents sur leport d’Hyères brûle accidentellement.
La famille de Sacha ne peut donc pas partir en vacances au Malawi.
Sacha offre alors son voyage à Janek, son meilleur ami et à la famille de celui-ci.
L’avion qui assure la liaison avec le Malawi, que doivent prendre Janek et les siens, s’écrase.
Sacha, pensant que son ami est mort, culpabilise : s’il n’avait pas aimé les corn flakes, s’il n’avait pas gagné un concours stupide, annulé son voyage, offert le séjour à Janek, si, si, si …
Mais le hasard fait finalement bien les choses …

Critique
C’est un roman sur le hasard, sur la manière sont les événements s’enchaînent, se déchaînent, sur notre volonté de vouloir tout maîtriser ou au contraire sur le sentiment qu’il faut parfois accepter de ne pouvoir agir sur tout et son entourage. Le récit à la première personne se lit d’une traite.
Il a obtenu le Prix du roman jeunesse 2002 du Ministère de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche (sur manuscrit anonyme)

Catherine Gentile
2005
Société
Roman