Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

La Vie, en gros

La Vie, en gros

La Vie, en gros

Editions Thierry MAGNIER / 2001

Auteur·rice :

Résumé
L'auteur a mis en épigraphe à son roman une phrase de Martin Veyron : " - Mais c'est pas une fatalité d'être gr… C'est pas comme être grand, petit, noir… je sais pas moi, vous pouvez toujours maigrir ! ".
Benjamin, quinze ans, un mètre soixante sept, quatre vingt neuf kilos, adolescent naturel, généreux, gourmand sympathique, doué d'une fraîcheur et d'un humour primesautiers, d'une
personnalité bien tranchée, affronte les premières vraies escarmouches dues à son obésité.
Surcharge pondérale disent les médecins.
Oui, mais au final, c'est la même chose : loin, très loin de cet aspect physique normalisé dont les autres, les adultes, décident pour vous, que la société selon sa loi implacable impose à tous.
A cet âge fragile où s'éveillent les sens, où le cœur et le corps s'enfièvrent des premiers émois, Benjamin va se plier de bonne grâce au cours de nutrition, au régime, aux séances d'acupuncture et même au rendez-vous chez le psychologue.
Des tableaux se succèdent : la difficulté de trouver un pantalon à sa taille, le regard des autres sur son embonpoint à la piscine, la souffrance du corps pendant les cours de gymnastique… Benjamin en même temps qu'il les décrit, esquisse avec humour son propre portrait d'adolescent complexé.
Mais peut-être que le héros de cette histoire se tirera finalement des " complexes " de la vie grâce à… ?
Vous le saurez en lisant ce roman qui à petites touches, sans la moindre concession au mélodrame et avec des mots toujours justes, suggère la difficulté d'être gros !
M.-J. K.

thèmes : Obésité chez l'enfant - Aspect psychologique - Boulimie -
Complexes (psychologie) - Milieu scolaire - Premier amour
2002
Roman