Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

No pasaran, le jeu

No pasaran, le jeu

No pasaran, le jeu

L'Ecole des loisirs (Médium) / 1996

Auteur·rice : Christian Lehmann

Résumé
Premières lignes

" Ils n'auraient jamais dû trouver la boutique. Thierry avait mal recopié l'adresse, griffonnant quelques lignes presque illisibles sur le dos d'un ticket du métro londonien, sans savoir qu'arrivés à destination, le préposé au guichet le leur confisquerait. A la sortie de l'escalator, ils s'étaient retrouvés coincés tous les trois dans la foule agglutinée devant le portillon :
- Il faut donner le ticket ! avait crié Andreas. Je t'avais bien dit de le noter ailleurs ! T'es vraiment trop con !
Tandis qu'Andreas insultait Thierry, Eric en avait profité pour mémoriser l'adresse : Games Frenzy ! 125, Upper Tollington Court Road."


Résumé
Thierry, Eric et Andreas sont en voyage scolaire à Londres.
Ce matin-là, ils faussent compagnie au reste de la classe et décident de se diriger vers une boutique de jeux vidéo. Une publicité découverte par hasard ( ?) les conduit à une étrange boutique tenue par un homme âgé, rescapé des camps, au bras tatoué.
Eric et Thierry choisissent des jeux de stratégie. Passionné de jeux de guerre, Andreas se met à la recherche de jeux ultra-violents. Lorsqu’il arrive à la caisse pour payer son jeu “ MORTAL KOMBAT 5 ”, le vieux, découvrant une croix gammée sur le blouson du garçon, blêmit. Outré par l’ignorance des jeunes sur la signification de cet insigne, il leur offre un jeu en leur intimant l’ordre d’y jouer avec Andreas.
De retour, chez eux, ils installent le jeu. Hypnotisés parce qu’ils découvrent sur l’écran, ils deviennent bientôt à la fois acteurs et victimes. Bien que persuadés que ce jeu est dangereux, Thierry et Eric continuent, pris au piège du chantage d’Andreas … Le virtuel l’emporte bientôt sur le réel et le jeu devient très vite un enfer.

Critique
No pasaran, le jeu est un roman contre la guerre,la violence et le fascisme. Ecrit en 1996, il tire également la sonnette d’alarme sur l’utilisation outrancière des jeux vidéo par certains adolescents au détriment d’activités qui incitent davantage à la réflexion, comme par exemple, la lecture.
Mais l’essentiel du roman réside dans la fascination d’ Andreas, fils d’un membre actif d’un réseau raciste, antisémite, fasciste, pour la violence. Lorsque Thierry et Eric se rendent compte de l’idéologie de celui qu’ils pensaient leur ami, il est trop tard, ils devront l’affronter jusqu’au bout.
Le roman renvoie à des périodes historiques : guerre de 14-18, guerre d’Espagne (Guernica), guerre de l’ex-Yougoslavie servent de contexte au jeu, c’est un livre passionnant qui donne à réfléchir.

Elèves concernés
4ème / 3ème / Lycée

Mots Clés
Guerre- Violence – Racisme – Jeu vidéo – Monde actuel

Pistes d’écriture

1. Seuls les adolescents violents jouent à des doom –like (jeux de tirs en vue subjective). Argumentez pour ou contre cette opinion.

2. Faites le portrait physique et moral d’Andreas en le situant dans son contexte familial.

3. Peut-on être ami avec une personne dont on ne partage pas les idées et dont on réprouve les actes ? Argumentez

Pascale Tourmente
2005
Sélection transversale
Science Fiction
Roman