Festival du Livre de jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin

Introduction

Norlande

Norlande

Norlande

Syros / 2013

Auteur·rice : Jérôme Leroy

Résumé
Premières lignes

"Non, ma chère Emilie, je ne peux pas dire que j'aille beaucoup mieux. Je ne peux toujours pas sortir de la clinique Reine-Astrid. D'ailleurs, je n'en ai aucune envie. Cela fait, si je compte bien, huit mois que je m'y trouve.
Huit mois.
Peut-être en faudra-t-il neuf, comme pour une gestation, comme pour une nouvelle naissance. Est-ce que l'on peut renaître à dix-sept ans, dis-moi Emilie ?"


Le contenu

Hospitalisée depuis huit mois Clara semble engluée dans une grosse dépression. A travers les lettres qu'elle écrit à Emilie, sa correspondante française, on découvre peu à peu son pays, la Norlande et l'évènement tragique qui l'a conduite à l'hôpital.
A dix-sept ans, Clara ne sort plus, prend des médicaments pour dormir, et a tant maigri qu'elle n'a plus ses règles. Autour d'elle, des dizaines d'autres jeunes sont morts ou ont été blessés et sa propre mère, une ancienne athlète, marche désormais avec une canne. Tous ont été victimes d'un homme qui a organisé un attentat contre le gouvernement de son pays et contre des jeunes, rassemblés en congrès d'été sur une île. Cet homme leur a méthodiquement tiré dessus, sous les yeux de Clara.
Mais le plus terrible pour Clara est qu'elle se sent responsable de tout cela...

Ce roman est directement inspiré du massacre qui a eu lieu le 22 juillet 2011, sur l'île d'Utoya en Norvège. Anders Behring Breivik a fait exploser une bombe, tuant huit personnes dans le quartier gouvernemental d'Oslo, puis s'est rendu sur le camp d'été de la jeunesse travailliste sur l’ile d'Utoya, où il a tué soixante neuf jeunes.
Jérôme Leroy évoque avec beaucoup de finesse et de sensibilité, la difficulté qu'éprouvent les rescapés pour se reconstruire après une telle tragédie.
Mais ce roman lui permet aussi de présenter la manière dont la société norvégienne conçoit la vie politique et gère l'évolution de sa société : En Norvège, les femmes et hommes politiques vivent comme de simples citoyens, sans privilèges particuliers ni gardes du corps. Toute corruption est sévèrement dénoncée par la presse. Cet idéal d'égalité est un des aspects particuliers de la mentalité norvégienne avec le nationalisme. Mais cette volonté des norvégiens de protéger leur singularité doit désormais s’accommoder de l'augmentation de l'immigration. Certains vivent mal cette évolution de leur pays et craignent le multiculturalisme.
Jérôme Leroy explique en partie ainsi, par cette peur de l'immigration, le geste extrémiste du tueur, facilité par une société basée sur la confiance et la simplicité.

Christine Enguehard
14 euros
Collection Rat noir
2014
Sélection du "placard"
Roman